Lookbook Sandro men F/W13 : entre rêve et galaxies

C’est la rentrée, pour certains depuis un petit moment, pour d’autres bientôt, et c’est aussi le moment de se demander comment nous allons nous habiller cet hiver. C’est donc le moment de vous présenter cette collection F/W13.
Sandro est désormais une marque bien connue du grand public, avec ses collections rock’n’roll et classe, ses costumes bleus marines ou noirs, ses chemises blanches classiques, ou encore à plastron pour des tuxedos de réceptions, c’est avec plaisir que nous découvrons à chaque saison des collections différentes, imaginatives et innovantes. Créée en 2004, nous ne nous lassons absolument pas du travail d’Evelyne Chetrite. Toujours dans l’air du temps, avec élégance, les collections un brin rétro s’enchaînent sans relâche toujours plus en avant dans la qualité des matières, des prestations, des tailles et des patrons. Le prêt-à-porter de Sandro est certainement de qualité.

3000 light years form home

Clairement, Sandro nous transporte bien loin de nos habitudes, avec une collection quasi-futuriste dans un décor brut, terre à terre. Paradoxe, comme le contraste cinglant des photographies. Des noirs profonds, et des blancs éclatants, c’est par ce mélange de clair-obscur que nous plongeons bien loin de chez nous. Aussi le mannequin est-il un OVNI, au teint pale, maigre mais imposant par un charisme formidable.

Une puissance sartoriale

Un long manteau, aux allures chaudes et aux apparences militaires, classique dans son genre revisité par de subtils détails, comme le liserer le long de la fermeture, du col et des revers de poches.

Voilà un manteau bien particulier, puisque sa forme de veste de costume transforme la perception du classique long-coat noir. Il est échancré depuis le plexus solaire tel une veste de costume à trois boutons. On peu aussi noter le contraste entre le t-shirt basique col rond et le pantalon de costume, arrivant à mi-cheville, jurant paradoxalement bien avec les chaussures imposantes.

Rock’n’Roll side

Le perfecto, nous y voilà. Ici un classique, une légère revisite en allégeant la lourdeur de l’imposante pièce, les fermetures de poitrine vont vers le bas, paradoxe et contraste intéressant si l’on compare aux habitudes, et Sandro tranche le côté rock’n’roll par un pantalon de costume, envoyant dès lors la silhouette vers un garage rockabilly (notons la banane du mannequin) tirant presque au Mods… A voir !

Autre perfecto, revisité par rapport au classique Schott, mais tout autant vis-à-vis de la collection Winter 12 où le col fourrure était noir, où les principales pièces du blouson étaient en laine tandis que les retours en cuir, ici c’est un total cuir. Reste à savoir si le col est amovible pour les saisons transitives (automne et printemps).

Classique, subtil et classe

Du costume, car Sandro est tout de même bon en costume au niveau du prêt-à-porter de luxe. Ici, un deux pièces d’un élégant noir intense, et une chemise blanche au col presque «club», où les boutons sont masqués par une bande de tissu blanche comme le reste de la pièce.

On peut retenir le pull en maille rouge, où les motifs s’entrecroisent avec élégance et justesse, pour une balance assez idéale. Aussi le pantalon blanc se marrie-t-il bien avec cette pièce chaude et par la forme, et par la couleur.

Jusque-là nous étions dans un univers complexe, parfois même surprenant, mais quelle désillusion lorsqu’en plein rêve, nous tombons sur ces looks basiques, avec les sneakers toutes blanches, cette doudoune et ce style alpiniste. On tombe à la renverse, mais on fait avec, on parviendrait presque à trouver des pièces intéressantes, c’est finalement peut-être l’arrangement qui ne plait pas, qui encore sûrement jure en comparaison du début du lookbook.

Incompréhension vestimentaire

Le pull noir est un classique, le pantalon est correct mais jure avec les chaussures blanches : too much. Le sac à dos est lui aussi une pièce intéressante de ces deux looks.

Les deux manteaux sont beaux, de très belles pièces, les pantalons aussi, le sac et les chaussures sont eux aussi intéressants, mais je ne parviens pas à comprendre le k-way dans ces ensembles là.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s