Le premier album de Kavinsky en écoute intégrale ici !

Souvenez-vous il y a à peine 2 ans sortait « Drive » de Nicolas Winding Refn. Au volant de sa voiture Ryan Gosling nous en mettait plein la vue dés les premières minutes sur un fond musical désormais mondialement connu : « Nightcall ». La bande originale devient alors un vrai succès commercial et fait rayonner le titre à travers tout le globe et par la même occasion propulse son auteur, Kavinsky alias Vincent Belorgrey, sur le devant de la scène électro.

1920x1080xeno4WhR-1.jpg.pagespeed.ic.J09ihPdVem

Après 6 années passées à matraquer l’univers de l’électro française à coup d’EP et de single, le premier LP officiel de Kavinsky sort ! Autant dire que l’artiste était attendu au tournant après avoir passé tant de temps à susciter et stimuler l’intérêt de ses fans ! On lui concèdera une légère déception, l’album est composé que de 6 véritables nouveaux titres. Le reste est du déjà vu : Protovision, Nightcall, Testarossa Autodrive, Odd Look,

L’album s’intitule « Outrun », le nom d’un fameux jeu vidéo de voitures. On oublie vite l’amertume d’un « demi album » à l’écoute des nouveaux titres, l’univers de Kavinsky est bien là, on suit et écoute son road movie musical avec une oreille rétro-futuriste. C’est lent et rythmée on s’imagine dans les années 80/90 au détour d’une borne d’arcade, ambiance retour vers le futur et driving movie. Les influences s’en ressentent, les premières consoles de jeux vidéo, les films de Carpenter, « les Goonies » nous peignant ainsi un fond musical significatif d’une époque pas si lointaine. Telle une toile s’étirant sur l’enfance d’un gamer cinéphile les titres nous transportent au volant d’une voiture lancée à pleine vitesse sur une sombre route d’un Hollywood démodé. S’accompagne un moyen métrage de 44 minutes illustrant son personnage symbolique : un jeune homme affublé d’un Teddy et d’une paire de Wayfarer. Renversé par une voiture, il revient des morts, et veut se venger au volant de sa Ferrari Testarossa.

Sur ce, je vous souhaite une délectable excursion dans l’univers suave et rétro-futuriste de l’enfance Kavinskyienne, elle déclenchera chez vous, je l’espère, un flots de souvenirs ininterrompus !

Pour ceux qui n’ont pas Spotify :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s